Bien que dotés d'un unique album, les Brotherhood of pagans n'en demeurent pas moins une formation culte de la scène goth française des 90's et vu le début de renommée internationale qui s'en suivit, on peut regretter que ce 'Tales of Vampires' n'ait pas eu de suite. Tandis qu'à la même époque Corpus Delicit s'appropriait l'héritage d'un batacve à la Bauhaus, le groupe opta pour une voie plus cold wave inspirée de Cure, Joy Division, Siouxsie and the Banhsees, sans pour autant exclure toute influence purement gothic rock. Si les références sont connues, le plus de Brotherhood of pagans a été de savoir s'approprier ces divers éléments pour les assembler de façon personnelle et mature. Il suffit pour s'en convaincre de noter la qualité de la production qui montre clairement que le groupe souhaitait se donner les moyens de ses ambitions. Mélodiquement, c'est une réussite totale, que ce soit dans des chansons comme les excellents 'Resurrection' et 'Sinner comes to bits' avec leurs guitares torturées ou 'God damn my soul' plus axé sur un travail des claviers. Le chant, hanté, parfois un brin désenchanté, colle à merveille au climat général de cet opus envoûtant. S'il demeure hélas enfant unique,'Tales of vampires' n'en est pas moins un petit joyau qui se doit de figurer dans toute bonne discographie. (mercredi 17 mars 2004).
Chronique sur : http://www.gutsofdarkness.com
The Brotherhood Of Pagans est né en mars 1990. Le groupe est composé de Alien (guitare rythmique & chant), Coccs (clavier), Sailor (batterie), Elrik (basse) et Vox Populi (guitare). La France nous aura donné très peu de bonnes formations de gothic rock. Indiscutablement avec ce remarquable "Tales of vampires", sorti en 1995, The Brotherhood Of Pagans allait marquer de son empreinte le genre dans l'hexagone, au même titre que les excellents Corpus Delicti. "… nous désirions apporter au public une musique achevée et non un brouillon impur comme c'est bien trop souvent le cas". Là réside sans doute l'incontestable qualité de cet album. Des compositions travaillées, une production soignée, aucune trace du travail approximatif amateur dont beaucoup de formations françaises se satisfaisaient à l'époque. Cleopatra pour les Etats Unis et Appolyon pour l'Allemagne ne s'y trompèrent pas puisque les Brotherhood Of Pagans figurent sur les compilations "Gothik" et "Goth Box" pour le premier et sur "Death by dawn" pour le second. Des titres comme "Warshow", "Sinner comes to bits", "Guilty" et surtout l'imparable "Resurrection" restent encore aujourd'hui d'une redoutable efficacité, et l'ensemble n'a pas prit une ride… N'empêche qu'on aimerait quand même bien une suite à cette passionnante aventure… A bon entendeur salut !
Chronique sur : http://thesentinelsoftime.club.fr

Propos recueillis par Hans CANY (Requiem Gothique 1996)

Les BROTHERHOOD OF PAGANS, forts de la reconnaissance dont ils se sont montrés dignes en commettant leur superbe album "Tales of Vampires", comptent désormais parmi les fers de lance incontournables de la scène GOTHIC ROCK hexagonale. Oeuvrant dans style énergique, ultra-mélodique, cristallin, et chargé d'émotions, ils ont su s'imposer sur le devant de la scène Dark aux côtés de CORPUS DELICTI et consorts, partageant avec ces derniers l'insigne privilège d'être un groupe GOTH français connu et apprécié du public étranger !...
Quelle est la motivation première qui vous amenés à former un groupe dans la lignée musicale qui est la votre ?
Il n'y a pas eu de motivation à proprement dit de former un groupe qui ait telle ou telle lignée musicale. Cela aurait été limitatif. Nous avons crée un groupe dans lequel chacun a apporté (et apporte) ses envies, se influences, pour réaliser une musique qui est la notre. La lignée musicale qui en découle est le fruit de cette alchimie.
Nous ne nous sommes pas réunis en nous disant, avant même de jouer de nos instruments (de musique !) que nous allions faire du gothique ou tout autre chose. Nous aurions sûrement échoué en échafaudant une telle stratégie.
  Pourquoi avoir opté pour ce nom de "BROTHERHOOD OF PAGANS" ? Cela découle-t-il d'un choix réfléchi, ou est-ce simplement lié à l'imagerie mystico-spirituelle associée au milieu "GOTHIC" pris dans son ensemble ?
Dur fût le choix de BROTHERHOOD OF PAGANS. Tout d'abord parce que nous étions 6 à chercher LE nom. Autant dire qu'à force de se creuser la tête, chacun avait 3, 4 ... 5 ou 6 idées, d'où la difficulté pour trancher !Ensuite, nous voulions trouver un nom qui soit en accord avec notre façon de penser, nos moeurs, notre culture.
Le nom devait être le reflet de ce que nous voulions exprimer, une "vitrine" au travers de ce groupe et de ses chansons (textes, images, musique). BROTHERHOOD OF PAGANS est le nom qui a réussi à fédérer toutes nos idées et a donc été adopté.
Le titre de votre 1er album reflète l'intérêt que vous portez au thème du vampirisme. Quelle est pour vous la portée de ce type de symbolisme ? Littéraire, artistique, philosophique, ou métaphysique ?
Finalement, "Tales of Vampires" a été choisi selon la même démarche, que pour le choix de BROTHERHOOD OF PAGANS. Il correspond à l'atmosphère que nous voulions imprimer à cet album. Le vampire est fascinant, il est le passage obligé entre mysticisme et magie. Il est le culte du paradoxe de toute existence. On ne peut dire s'il est l'élu des dieux par sa grandeur, son pouvoir ou s'il n'est qu'un jouet, un pantin par lequel il se rit des "mortels". Le vampire est rongé par ses pouvoirs d'immortalité, sa magie, cette force unique qu'il tire du meurtre de ses semblables mortels. Pas un n'échappe à ce déstin.
Quiconque croise son chemin est à la fois envoûté; fasciné mais aussi pétrifié à l'idée qu'il va peut-être être exécuté, impuissant. Ensuite par son immortalité, il est omniprésent à travers les siècles. Or nous sommes à la fois attiré (de par les jeux de rôle notamment) par les ambiances médiévales fantastiques mais également par les périodes fin 19ème ou début 20ème (propre à Chtulu). Sans oublier les ambiances futuristes, post-apocalyptiques : Pouvoir et Magie sont éternels à l'instar des vampires.
La "Fraternité des païens" a-t-elle des conceptions particulières à exprimer vis-à-vis des trois grandes religions monothéistes ? Le texte de votre titre "Sinner comes to bits", de même que l'illustration de votre livret, représentant une machine à "confession automatique" semblent être la marque d'une critique corrosive et sans compromis du christianisme et autres sectes intolérantes...
La confrérie des païens prône la liberté de culte et de pensée. Notre conception du paganisme est à l'opposé de tout dogme réducteur. Y compris ceux qui prôneraient une religion purement "païenne", dans la mesure où ce courant serait amené à exclure les "non affiliés". Tout mouvement de pensée doit être sous certaines formes de nature passive. C'est pourquoi nos textes dénoncent souvent les barbaries inquisitrices des courants forts qui ne font que dissimuler des prétentions politiques personnelles. "Sinner comes to bits" est un mélange de toutes ces notions : Vampirisme, sexe, Mysticisme, et dénonciation de l'église chrétienne. Nous adorons donner de multiples sens cachés à nos textes de façon à traiter tous les sujets qui nous tiennent à coeur. A chacun d'y trouver un sens en nos morceaux.
Vos centres d'intérêt musicaux, ainsi que ceux du label qui vous est lié (DARKLAND OF TEARS) semblent plutôt orienté vers la tendance gothique "puriste" (FIELDS OF THE NEPHILIM, SISTERS OF MERCY, ...). Certaines tendances de la nouvelle vague GOTH vous intéressent-elles, ou restez-vous exclusivement attachés à ce concept originel ?

Il est vrai que 3/4 de nos influences appartiennent à "l'ancienne génération". SIOUXSIE & THE BANSHEES, BAUHAUS, SISTERS OF MERCY, FRONT 242, KILLING JOKE, MISSION, DEAD CAN DANCE ......... pour ne citer que les plus connus. Ce que l'on peut reprocher à la nouvelle vague goth, c'est de vouloir appartenir au "Goth-A" (à l'élite goth quoi !!!),

des groupes précités on tombe alors trop souvent dans l'ersatz; mais c'est un réflexe naturel que de rêver à devenir un groupe de référence surtout à être comparé aux groupes fétiches.

C'est pourquoi si nombre de groupes actuels sont intéressants, nous restons attachés en effet aux valeurs "éprouvées".

Mis à part les influences sus-nommées, on décèle chez vous une rythmique beaucoup plus "rock" et énergique que celle de vos "groupes cultes". De plus, au niveau chant et mélodies, certains vous rapprochent de CORPUS DELICTI. Acceptez-vous la comparaison ?
Beaucoup de gens nous comparent à CORPUS DELICTI; c'est à ceux qui nous écoutent de juger. Si comparaison il y a, pourquoi le nier ? Pourtant les ressemblances sont à notre avis peu nombreuses en considérant bien sûr que nous appartenons tous deux à une mouvance similaire ce qui forcement crée des points communs !! Mais encore une fois, c'est au public de juger. La comparaison ne viendrait-elle pas du fait que CORPUS et nous soyons deux groupe français ?
La différence notable est que les CORPUS ont atteint une vitesse de croisière en matière de productions et s'affirment de plus en plus sur leur style.

Le notre peut encore évoluer, s'éloigner ou se rapprocher du style des CORPUS.

En tout cas la comparaison ne peut-être que flatteuse, étant donné leur succès.

Êtes-vous satisfaits de la façon dont ont été accueillies vos premières réalisations jusqu'à maintenant ? A quand le prochain album ?
Tout dépend de la façon dont on se place : notre album "Tales of vampires" semble avoir été bien perçu par le public, il semble avoir été un bon vecteur de promo si l'on en juge par l'accueil fait par les chroniques et les interviews dans les pages des fanzines. Le super boulot de DARKLAND OF TEARS fait que notre album se vend dans plusieurs pays (USA, GB, Belgique, Australie, Allemagne ...). Il y a encore quelques années nous n'y pensions même pas !
Par contre l'absence de gros label de distribution est un poids pour nous puisqu'elle nous ferme la porte de gros points de vente sur la marché français.
C'est assez énervant d'avoir la certitude que notre album se vendrait bien s'il était distribué sur le plan national (FNAC ...) Et de voir que les labels sont assez frileux. Sommes nous si nuls .... (Je t'aime le lundi, je t'aime le mardi ...) Si tu es un label et que tu es intéressé par nos chansons écris-nous !!!)

Peut-être allons nous nous recycler variétoche ... !

Pour ce qui est du prochain album, c'est une idée qui fait son chemin, le problème reste celui qui dépend du 1er CD. Si les moyens nous le permettent pourquoi ne pas tenter l'aventure ?
Quelques mots pour conclure ?
Nous avons été totalement absents depuis plusieurs mois, suite au départ d'Elrik, le bassiste. Il nous a fallu beaucoup de temps pour accepter l'idée de le remplacer, notre groupe n'étant pas seulement une histoire de musiciens.
Nous avons fini par passer à l'acte et nous avons accueilli un nouveau membre.
Le but premier est de pouvoir dès que possible renouer avec la scène qui nous manque terriblement !!! Welcome !

  Enfin, un gros merci à Requiem Gothique et nous espérons vous retrouver bientôt dans la pénombre d'une sale de concert.